Judo SUC - Logo SUC JUDO


sucjudo@free.fr

 

 

ARTICLES PARUS DANS LES JOURNAUX
Saison 2000 - 2001



Dernières Nouvelles d'Alsace - Lundi 13 novembre 2000

Lauterbourg au faîte


La trentième édition de la coupe Vollmer a réuni, hier, près de 700 judokas à Lauterbourg. Petits ou grands, athlètes de haut niveau ou espoirs, tous ont contribué à faire de cette rencontre amicale une grande fête du judo.
Dès l'aube et jusque tard dans la soirée, le complexe sportif de Lauterbourg grouille de monde. La 30e édition de la coupe Vollmer n'a jamais connu un tel succès. Près de 700 judokas se sont succédé sur les tatamis du JCEV Lauterbourg. « Le cru 2000 est exceptionnel, avoue Denis Duddenhoeffer, organisateur de cette rencontre amicale. Heureusement que le comité départemental nous soutient, en organisant un stage d'arbitres et de commissaires sportifs. Sans quoi on aurait été débordés. »

Victime de son succès

 Victime de son succès, la coupe Edmond Vollmer ? En quelque sorte, puisque toute l'Alsace du judo s'était donnée rendez-vous dans le nord-est du département. Mais aussi quelques clubs allemands, lorrains et parisiens. « C'est une compétition de reprise, explique Jean-Paul Becker, membre du comité de Ligue. Les judokas ont l'occasion de jauger leur état de forme à l'orée des championnats qui débutent en janvier. Au niveau individuel, la coupe Vollmer est le plus grand tournoi en Alsace. »  Avec 550 jeunes en compétition, le tournoi individuel était en effet bien fourni. Des benjamins au cadets, les combats ont tenu en haleine les parents venus garnir les tribunes du complexe sportif. Et malgré le retard inhérent à l'afflux massif, le tournoi a pu se dérouler dans une ambiance chaleureuse et amicale.

Domination mulhousienne

 En milieu d'après-midi, les « grands » ont pris le relais. Cette fois pour la compétition par équipes. Là, les gros calibres étaient de la partie. Chez les garçons, l'ASC Peugeot Mulhouse a tout raflé. Il faut dire que les Haut-Rhinois avaient sorti l'artillerie lourde, avec des garçons talentueux comme Romuald Blaison, David Charles ou encore Youssef Bouabadi.  Logiquement qualifiés pour la finale, grâce à un succès aux dépens du SUC en demi, les Mulhousiens ont retrouvé leur équipe réserve. Cette dernière a connu plus de difficultés à se frayer un chemin en finale, tombant sur les coriaces Bas-Rhinois du SUC . Mais lors de la dernière étape, la logique a été respectée. David Charles et les siens s'imposent sans difficulté. Côté féminin, les filles du SUC ont maté celles de Peugeot Mulhouse, équipe amputée de ces « Européennes » récemment médaillées à Levallois. La Post Karlsruhe complète le podium.

L'esprit Vollmer

 Au final, l'ASC Peugeot Mulhouse remporte le Challenge Vollmer, classement toutes catégories confondues, devant le JC Quatzenheim et l'ASL Gendarmerie. Mais plus que les résultats, c'est le plaisir qui a primé. L'esprit inculqué par le regretté Edmond Vollmer, fondateur de la coupe et instigateur du judo en Alsace du Nord, a été entretenu. Au vu de la mine réjouie de tous ces bambins, l'opération n'a pas fait chou blanc.
Sébastien Keller
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Lundi 13 Novembre 2000.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Vendredi 12 janvier 2001

Les filles d'abord


Christelle Faure et Amina Abdellatif leaders d'une forte délégation alsacienne aux championnats de France, demain et dimanche à Paris.
Treize, chiffre magique. Quatre garçons et neuf filles. Sans parler des remplaçants, Marie Bach et David Charles. Ils seront nombreux et de qualité, les judokas Alsaciens en lice ce week-end à Coubertin, le temple parisien de la discipline.  Et les chances de podium, de titres, existent plus que jamais à la veille de ces championnats de France individuels de 1e division, seniors masculins et féminins.  En tête, les filles de Peugeot Mulhouse, superbes vice-championnes d'Europe fin octobre à Levallois. Même si Sabine Tisserand a choisi de prendre sa retraite en individuel (elle concourra toujours par équipes) cédant sa place en 78 à Aurélie Javault, Philippe Taurines présentera un groupe compact de brillantes individualités.

Entraîneur-joueur

 « On a bien travaillé ensemble après une courte coupure à Noël, explique l'entraîneur compétiteur, champion de France Honneur sortant et donc qualifié lui-même pour la compétition. Cette fois, ce sera ma dernière, même si je le dis depuis 4 ans. » Et le coach qui fait gagner pourra se consacrer entièrement à son équipe.  En moins de 57 (elle monte de catégorie en individuel, tout en restant à 52 par équipes), Natacha Cotinaut également disputera ses derniers championnats. « Elle veut faire un bébé ». L'épouse de Manu retrouvera parmi ses concurrentes Céline Andrieux, une autre référence.  Céline Brocvielle sera présente en 52 et Christelle Faure, la leader, qui vient de conquérir l'or mondial universitaire à Malaga, défendra son titre en moins de 63 kg, elle qui toutefois ne rencontrera pas la championne olympique Vandenhende. Avec, tout comme Amina Abdellatif en 70, de réelles chances de monter sur la plus haute marche.

Mulhouse en tête

 « L'an dernier, se souvient l'entraîneur, Amina n'avait été battue que par Rambault. Après sa blessure, elle est bien revenue, solide dans son corps et dans sa tête. Elle a quitté Amiens et repris ses études à Paris. » Où cette battante rêve d'un premier exploit du nouveau millénaire.  Les trois strasbourgeoises, Véronique Diebolt (CJS en 70), Vanessa Schmitt (SUC en 78) et Audrey Canale (NETSUJO en lourds) compléteront la forte représentation régionale.  Chez les hommes, la tendance ira vers les catégorie de poids les plus lourdes. Avec trois représentants en moins de 81, le Mulhousien de William Behague, Yannick Schuver, ainsi que Said Chebab, du CJ Strasbourg. Peugeot fournira également les deux lourds, Mathias Gutfreund et Frédéric Antz, de retour des mondiaux universitaires. Et on suivra avec intérêt la production d'un ancien strasbourgeois, Sébastien Girardet, désormais au PSG, ou encore celle du Mulhousien d'Orléans, Vincenzo Carabetta.

Objectif Paris

 Patrice Behague, le CTI (conseiller technique interrégional Alsace-Lorraine-Franche-Comté) et Cyril Lagerbe, cadre technique régional, ont raison d'espérer quelques accessits. Histoire de démontrer combien ce judo alsacien, mis sur orbite par Bernard Messner, est et reste capable de jouer un rôle au plus haut niveau.  A partir de ce samedi matin, ils seront près de 400 à concourir dans la capitale. Ceux qui reviennent de Sydney, et les nouveaux, désireux de renverser les anciens. « Avec, parmi les objectifs, constate Taurines, le tournoi international de Paris pour lequel la Fédé ne retiendra que quatre par catégorie. »  Restoux et Tignola en 52, Harel en 57 qualifiées d'office pour les 10 et 11 février, les places seront chères lors de ces épreuves placées sous le signe des droits de l'enfant. Épanouissement de chacun par le sport. Le judo à sa place. Et l'Alsace aussi.
J.-P.M
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Vendredi 12 Janvier 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Samedi 13 janvier 2001

La dynamique du SUC


Les judokas du Strasbourg Université Club (SUC) ont connu un début de saison encourageant. Plusieurs d'entre eux tâcheront de s'illustrer lors des championnats de France à Paris.
 Les nouvelles venues au SUC judo-jujitsu ont réalisé de belles performances. Vanessa Schmitt et Caroline Ging ont fini sur la plus haute marche du podium au tournoi d'Épinal, mi-décembre, dans les catégories des -78 kg et -63 kg.  En début de saison, les deux ex-sociétaires du CJS ont aussi contribué à élever l'équipe féminine ( Sophie Grillet, Caroline Ging, Marie-Aude Coutouly et Vanessa Schmitt ) à la première place du challenge Edmond Vollmer à Lauterbourg. Par ailleurs, l'équipe des garçons, composée de Stephan Gaire, Éric Befort, Stéphane Millet, Matthieu Richert et Sylvain Dusch , se hisse au 3e rang de cette même compétition.

Schmitt à Coubertin

 Ces premiers résultats sont encourageants pour Vanessa Schmitt qui aura plus fort à faire lors des prochains championnats de France 1ere division, ce week-end à Paris. A l'instar d' Eric Befort et Stéphane Gaire , sélectionnés aux championnats de France corporatifs, le 17 février 2001 à Coubertin.   Frédéric Witté , le président de la section, se montre d'ores et déjà satisfait puisque la section compte plus de 380 adhérents, dont plus d'une centaine d'adultes, qui passent entre les mains d' Eric Befort, Sophie Vonpierre, Stéphane Millet et Séverine Colson . L'équipe est managée par Bruno Vonpierre , professeur titulaire du BEES 2 degré et récemment promu au grade de 5e Dan.

Projets 2001

 L'équipe pédagogique travaille dès à présent activement aux nouveaux projets. La venue de deux hauts gradés, 6e et 7e Dan, et l'organisation d'un stage multisports dans le sud de la France pour les enfants du club sont les principaux chantiers de ce début de millénaire.   Renseignements auprès de Bruno Vonpierre au *03 88 36 16 74. Adresse Internet : http ://sucjudo.free.fr
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 13 Janvier 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Lundi 15 janvier 2001

JUDO  : CHAMPIONNAT DE FRANCE A PARIS

C'est Faure, Abdellatif


De notre envoyé spécial à Coubertin
Fantastique doublé des filles de Peugeot Mulhouse aux championnats de France. La passe de trois pour Christelle Faure. La juste récompense pour Amina Abdellatif. Quelle journée !
« Merci à Toto, le coach. A tout le club de Peugeot. » Spontanément, Amina Abdellatif a laissé parler son coeur. Émue, nature. Le temps d'essuyer les larmes du bonheur, celles de la délivrance. Celui d'embrasser son père, puis William Behague et la nouvelle championne de France (« c'est mon premier titre »), 26 ans bientôt, reparla de son combat.  « J'ai affronté Veilex pour la première fois. J'étais très mal quand je me suis retrouvée menée. J'appréhendais un peu cette grande rentrée. Mais j'ai eu raison de les surmonter, mes moments de doute. »

Jamais deux sans trois

 Dans le vrai, Amina-sympa. Comme Christelle Faure, qui venait de recevoir sa 3e médaille d'or consécutive, alors qu'elle même se concentrait au bord du tapis. « J'ai eu un peu de mal à me mettre dans la finale. J'ai géré contre une rivale que je connais bien. » Garofalo, déjà battue l'an dernier au même stade.  « Jamais deux sans trois », constate, rayonnante alors qu'elle retrouve son souffle, cette fille faite pour éclater. « On me parle de Séverine Vandenhende, la championne olympique. Je n'en fais pas une fixation. Je sais que la concurrence fait bouger. »  Faure forte de caractère. Christelle qui a pu se permettre de gagner sans aller au bout de son judo. La marque des grandes. Celle que Amina Abdellatif à son tour s'en ira tutoyer bientôt. L'avenir est à elles.

Le destin avec elles

 Le destin, il est vrai, leur avait adressé un premier clin d'oeil lorsque, en quart de finale, elles se retrouvèrent côte à côte sur les tapis 1 et 2. La victoire au bout. Impressionnantes de force tranquille, de lucidité, de cette assurance qui impressionne les adversaires autant que le public.  Christelle Faure, sa natte brune et sa jolie frimousse. Une guerrière dans la salle. Une jeune femme tranquille, qui récupère, mange et boit, se fait masser les oreilles par son copain avant de repartir pour l'ultime assaut. Et de vaincre, presque comme si de rien n'était. La grande classe.  Amina Abdellatif, plus puissante, à nouveau impeccable sur le plan physique, toujours souriante. « Mon mal au genou, terminé. Me revoilà dans le bain, prête à relever les défis européens et mondiaux. » Tout pour le tournoi de Paris, où les deux copines seront probablement les seules à représenter l'Alsace.

Diebolt surprise

 Véronique Diebolt (consciencieusement appelée Dieblot par le speaker de Coubertin), 3e la saison dernière, tout juste devancée par Rambault et Abdellatif, semblait, d'après son encadrement, être plus forte que jamais, dans sa tête comme dans son corps. Mais Veilex, qui élimina Rambault dans la foulée, combattait un ton au-dessus. A ce niveau, dans ce sport où la France continue à imprimer sa marque, aucun relâchement n'est toléré. Seules les plus fortes passent...  Dans les catégories les plus lourdes, l'aventure parisienne aura tourné court trop rapidement pour Vanessa Schmitt et Audrey Canale. Opposées aux soeurs Fatima et Meyrem Suleymanoglu, anciennes de Peugeot Mulhouse, elles ont été éliminées dès les premier tours. Nettement pour la médaillée de bronze européenne juniors. D'extrême justesse pour la blonde licenciée du SUC . Dommage, compte tenu d'une concurrence guère fournie, ni en nombre ni en valeur.

Girardet 5e

 Intéressante encore, chez les hommes, la production de Sébastien Girardet. Le jeune homme de Berrwiller, formé à Guebwiller, membre du pole France de Strasbourg avant d'entrer à l'INSEP, d'être recruté par le PSG, fait partie des espoirs chez les moins de 60. Cinquième l'an dernier, le protégé de Serge Dyot manqua à nouveau le bronze de justesse pour accrocher la même 5e place lors d'une journée dominée par les moins de 73 kg et une finale inédite entre Fernandes, beau vainqueur d'un Kheder provocateur, et Massina.  Mais, pour tous les Alsaciens venus « manger du judo » alors que Paris ensoleillé invitait à la promenade, ne comptaient plus depuis longtemps que Christelle et Amina. Les Mulhousienne championnes de France. Abdellatif, c'est... Faure.
Jean-Pierre Meyer
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Lundi 15 Janvier 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Mardi 16 janvier 2001

Du jamais vu !


Faure et Abdellatif, les championnes de France, représenteront Peugeot Mulhouse dans un mois au tournoi de Paris. Paris, l'Europe, le monde leur appartient.
« Deux titres. Du jamais vu dans l'histoire du club. Un jour, il y a eu trois médailles. Mais pas deux championnes de France le même jour. » Fier, à si juste titre, Philippe Taurines, ce dimanche soir à Coubertin, alors que Sabine Tisserand, l'ancienne, celle qui a lancé l'équipe, que William Behague, le technicien, que Gilbert Hemmerlin, le président, que toutes les filles se retrouvaient, radieuses, dans une tribune de presse transformée en portes ouvertes. Congratulations de mise. Mais dans la dignité, au terme de ce qui furent les « meilleurs championnats des dernières années, avec tous ces jeunes qui arrivent. »

Heureux pour Amina

 « Je suis heureux surtout pour Amina ; Christelle, on l'attendait davantage. » Abdellatif enfin sacrée, au bout d'une série quasi ininterrompue de blessures et de coups durs. Amina qui n'oublie pas les autres. « Si j'ai eu le courage de rebondir, c'est parce que je sentais le soutien de tout le club. »  Abdellatif, dont le tableau s'est éclairci après l'élimination de Rambault, la tenante, la sélectionnée olympique, la force pure opposée à la technique. Restait à battre en finale, Veilex la surprise du chef. Taurines, lui même 5e la veille, explique. « Amina commet deux erreurs et se fait piéger. Mais elle réagit, elle finit très fort. » Et fait craquer la Parisienne. Et conquiert son billet pour le tournoi international de Paris.

Gérer le stress

 « Bravo Amina. » Christelle Faure, impressionnante, venait tout juste de quitter le podium lorsque sa coéquipière reprit le témoin au vol. Un relais qui fonctionne à la perfection. Et un coach qui n'oublie pas les autres. « Aurélie Javault a fait un super championnat. Elle manque un peu de maturité en 70 kg. Mais en continuant à s'entraîner ensemble, elle progressera. Nous n'avons pas de problème de judo, mais de stress à gérer. »  Allusion au parcours de Céline Andrieux, Céline Brocvielle, David Charles, Yannick Schuver également, de tous ceux qui avaient déçu le premier jour.  Il y a Mulhouse, bien entendu, la locomotive et la référence. Le club pilote que toutes les championnes désormais ont envie de connaître. Et il y a tous les autres. Tout ce judo alsacien qui forme et qui travaille. Pour la beauté du geste. Passion en tête.  Ils ne sont pas montés sur le podium ce week end. Les garçons ont même globalement déçu, Frédéric Antz en tête, désormais à l'INSEP, 5e la saison dernière, éliminé d'entrée cette fois. Aucun accessit, tout comme chez les autres filles. Seul Said Chebab (CJ Strasbourg) a sauvé l'honneur. 7e, suite à sa défaite contre Philippe Taurines, le coach des Mulhousiennes.

Défendre le titre

 Septièmes encore, Véronique Diebolt (CJ Strasbourg), dont on attendait mieux, et Vanessa Schmitt (SUC) , qui a perdu d'extrême justesse contre Suleymanoglu un deuxième combat - elle avait gagné le premier par ippon - à sa portée. L'avenir cependant appartient à cette jeune femme de 24 ans, dix ans de judo seulement . Vincenzo Carabetta, 5e en 2000, 2e samedi derrière Demontfaucon, le 3e de Sydney, qu'il a poussé dans ses derniers retranchements, en apporte une preuve édifiante. « Dès que j'ai su que j'étais écarté des Jeux je me suis préparé pour la suite. La vie continue. »  La vie en gagnant, comme ont raison de se l'imaginer Taurines (« je me sens Alsacien ») et ses filles. « Nos prochains objectifs s'annoncent séduisants. D'abord faire un bon tournoi de Paris. Puis se qualifier pour les championnats d'Europe, en France, ou du monde. Car il y aura deux équipes cette année. Puis défendre notre titre par équipes. Malgré une très forte concurrence. Orléans s'est encore renforcé avec Harel. Maisons-Alfort également. Ce sera un gros challenge. On va aller se battre. » Faisons leur confiance.
JPM
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Mardi 16 Janvier 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Samedi 24 mars 2001

De Strasbourg à Thiais


• • • Les championnats d'Alsace 2e division se disputent demain au dojo du CREPS. Les judokas tenteront de décrocher leur billet pour la finale interzone.  Quelque 130 judokas, seniors et juniors, seront engagés demain au championnat d'Alsace 2e division. Cette compétitionpermettra d'attribuer les différents billets pour la finale interzone, qui se déroulera le 13 mai à Thiais, dernière étape avant la finale nationale.  Chez les garçons, quelques judokas semblent sortir du lot. En -60 kg, Laurent Muller (CJS) ne devrait pas connaître de grandes difficultés. La catégorie des -66 kg est elle plus indécise. En l'absence du favori Julien Bouton (Peugeot Mulhouse), blessé, plusieurs judokas pourront viser le titre. Stéphane Millet (SUC) part toutefois avec les faveurs du pronostic.  Même constat en -73 kg, où l'absence de Romuald Blaison (-73 kg) laisse la porte ouverte à toutes les hypothèses. Joël Hauquin (CJS) sera attendu en -81 kg, alors que les juniors Zahir Rouabhia (Peugeot) et Jonathan Riess (CJS) devraient faire la loi en +90 kg. En lourd enfin, Jérôme Lassalle (Quatzenheim) a peu de rivaux.  Du côté des filles, Peugeot et le CJS devraient se tailler la part du lion. Céline Koenig (-57 kg, Peugeot), les juniors Amandine Albissetti (Peugeot) et Stéphanie Spielmann (CJS) ainsi que l'ancienne pensionnaire de la 1ere Division, Stéphanie Leloup (- 52 kg CJS) devraient animer l'après-midi.  Championnats d'Alsace. - Garçons de 10h à 13h et filles de 14h à 17h, au dojo du CREPS (Strasbourg-Koenigshoffen).
Séb.K.
 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 24 Mars 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Lundi 18 juin 2001

Kieffer sur le podium

• • •  Grosse satisfaction alsacienne des championnats de France de judo qui se déroulaient ce week-end à Paris, le StrasbourgeoisKieffer a réussi à grimper sur le podium.  Une belle médaille de bronze, c'est la récompense ultime qu'a décroché au terme de ces deux journées de compétition Thomas Kieffer (CJS) dans la plus petite catégorie, celle des moins de 60 kg. Bouclant ainsi brillamment des championnats de France au cours desquels les autres qualifiés alsaciens ont tous honorablement tenus leur rang, mais seul le sociétaire du Cercle judo de Strasbourg est parvenu à réellement tirer son épingle du jeu.  Dans un tableau dense et très ouvert, Kieffer est parvenu à monter progressivement en régime lors de ses trois premiers combats, remportés avec chaque fois plus d'aisance. Malheureusement, sa chance de devenir champion de France disparaissait au moment même où le Breton Lesauvage lui infligeait un ippon expéditif en finale de tableau.  « J'ai pris un gros coup au moral à ce moment-là, expliquait ainsi Thomas Kieffer. Je pensais vraiment pouvoir atteindre la finale. Etsur le moment, l'échec a été dur à avaler. Heureusement, je suis rapidement parvenu à me reconcentrer pour obtenir une belle médaille de bronze ».  Effectivement, l'Alsacien, remotivé à l'extrême, abordait son dernier assaut avec la volonté inébranlable de ne pas finir la journée sans une médialle qui lui tendait les bras. Contre Guien, il dominait logiquement les débats et s'offrait ainsi le bonheur d'un podium.

Les résultats Masculins

 2e DIVISION  Par équipes :  AC Peugeot Mulhouse battu par Givors 3-2  Cadets :  7e AM Colmar, battu par Saint-Paul de la Réunion 4-1 pour la 5e place.  CJ Strasbourg battu au premier tour par La Poudrerie (Aquitaine) 5-0.  3e DIVISION :  Moins de 60 kg : Kieffer (CJS), médiallé de bronze.  Moins de 66 kg : Gaire (SUC), battu au 3e tour.  Moins de 73 kg : Befort (SUC) , battu au 1er tour.  Moins de 100 kg : Koos (Guebwiller), battu au 2e tour.  Plus de 100 kg : Iftissen (Colmar), battu au 3e tour.

 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 30 Juin 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.






Dernières Nouvelles d'Alsace - Samedi 30 juin 2001

Bons résultats pour le SUC

• • • La section judo du SUC a enregistré de bons résultats ces dernières semaines. En voici un résumé.  Aux championnats de France 1re division : participation de Vanessa Schmitt (en -78 kg) se terminant par une superbe 7e place qui lui permet de se maintenir en 1re division la saison prochaine.  Aux championnats d'interrégions minimes : participation d' Hadrien Pinot qui termine à la 5e place (pas de niveau national pour cette catégorie d'âge). Quatre judokas (2 filles, 2 garçons) qualifiés pour les championnats de zone suite à leurs résultats aux championnats d'Alsace.  Aux championnats de zone (quart nord-est de la France) : 9e en -66 kg pour Stéphane Millet , à une place de la qualification pour le niveau national (cela correspond au meilleur résultat masculin pour les Alsaciens, à la même place qu'un judoka de Mulhouse en -60 kg ; 5e en -63 kg pour Caroline Ging , qualifiée pour les championnats de France (meilleur résultat féminin pour les Alsaciens, à égalité avec deux autres filles dans des catégories différentes).

3e par équipes

 Début juin, aux championnats de France 2e division, Caroline Ging perd au 2e tour et n'est pas repêchée. Aux championnats d'Alsace 3e division : Louis Patricio est 3e en -73 kg, Stéphane Gaire (-66 kg) et Eric Befort (-73 kg) 1er† et qualifiés pour le niveau national qui a eu lieu le 17 juin à Paris.  Aux championnats d'Alsace 2e division par équipes : l'équipe du SUC a terminé 3e derrière les intouchables équipes de Peugeot-Mulhouse et à égalité avec le Cercle Judo Strasbourg (CJS).

 

©Dernières Nouvelles d'Alsace, Samedi 30 Juin 2001.
Pour plus de détails et de photos, lire l'édition imprimée des DNA.